Centre Communal d'Action sociale

Le CCAS de Grenoble est l'un des plus ancien de France.
Découvrez les grandes lignes de son histoire et les fonds d'archives qui en résultent.

 (jpg - 30 Ko)

De 1797 à aujourd'hui, de la bienfaisance à l'action sociale

  • Bienfaisance

L’histoire de l’action sociale à Grenoble débute le 14 janvier 1797 avec la création du Bureau de Bienfaisance. On trouve la première trace de celui-ci dans une délibération en date du 18 décembre 1809 (503W4), délibération qui consacrait la nomination des Membres du Bureau et de ses principales fonctions. Parmi les principales missions, on trouve la gestion du service des crèches, de l’orphelinat laïc ou encore le placement des enfants à la campagne. En décembre 1883 ouvrira la première crèche municipale Place Saint-Bruno. 

  • Assistance et aide sociale

La loi du 15 juillet 1893 sur l’Assistance médicale gratuite ordonne la création des Bureaux d’Assistance, mais la Ville de Grenoble demanda à conserver l’organisation de son service d’assistance créé en 1882. Le Bureau d’Assistance se réunit pour la première fois en 1911, il devient autonome le 27 mars 1920. Suite à la réforme des lois de 1953, naît le 18 juillet 1955 le Bureau d’Aide Sociale (BAS) issu de la fusion du Bureau de Bienfaisance et du Bureau d’Assistance. Les années 50 et 60 vont voir apparaître sur Grenoble les premiers Foyer-Restaurant (1958 Pinal), Logement-Foyer (1965 Montesquieu), Centre Social (1965 Prémol) ou encore des Centres Sociaux (1965 Montesquieu). Le Centre d’Accueil Municipal est créé en novembre 1957. En 1967, certains services communaux sont transférés au BAS. L’année 1969 voit son installation au 14 rue Hébert et la multiplication de ses missions et équipements. 

  •  Action sociale

Suite à une circulaire du Ministère de l’Intérieur de 1978, la Commission Administrative informe par une note de service du 16 mars 1979 que le BAS prend la dénomination de Centre Communal d’Action Sociale (CCAS).

Les années 1980 marquent la création du Service de Soins à Domicile (1982) ou encore de la mise en place du minimum social d’insertion (1988) dont sa gestion est confiée au CCAS. Le CCAS évolue tant dans les services qu’il propose à la population que dans la naissance de nouveaux équipements. En 1990, le CCAS déménage au 28 Galerie de l’Arlequin. Courant 2021 une nouvelle page va s’écrire avec son transfert à Claudel.

Aujourd’hui le CCAS c’est quelques 900 agents, 28 équipements d’accueil des jeunes enfants, 6 relais d’assistantes maternelles et 9 équipements à destination des personnes âgées.

L’action sociale tient une grande place dans le paysage grenoblois et encore davantage recemment avec la crise sanitaire de la Covid-19.

Fonds du CCAS

Le CCAS c’est près d’1 kilomètre linéaire d’archives composé :

  • d’un fonds historique

qui témoigne de la place et de l’évolution de l’action sociale à Grenoble depuis la création du Bureau de Bienfaisance en 1795 jusqu’aux débuts des années 1980 avec la création du CCAS. Il représente près de 10 ml et contient 288 articles.

  • de versements contemporains

en lien avec l’organisation et le fonctionnement administratif du CCAS et de ses équipements : chrono, registre des délibérations, budget,…

  • d’archives qui témoignent de la place de l’aide sociale au cœur des missions du CCAS

dossiers de demandes d’aide, actions en faveur des plus démunis,…

  • de documents qui retracent un pan de vie des habitants

en particulier celle des occupants des différents équipements en faveur des personnes âgées et de la petite enfance : photographies, cahiers des transmissions, journaux internes, manifestations…